MOÏSE L'EGYPTIEN

MOÏSE L'EGYPTIEN

 

(HYPOTHESE DE TRAVAIL)

 

DATATION DE L'EXODE

 

 

C’est parce que la Bible parle des chars égyptiens et que c’est à partir de la 18e dynastie que l’Egypte a connu la roue introduite par les Hyksos, que les historiens placent l’Exode des Hébreux à cette époque de l’histoire égyptienne. Cependant il est vain de vouloir fixer une date précise à un événement qui, dans le contexte international de l'époque, passa inaperçu. Seule la Bible apporte quelques précisions en matière de datation, par rapport au règne du roi Salomon, permettant une scientifique comparaison avec l’astronomie égyptienne, notamment en ce qui concerne la position des planètes à l’occasion de faits historiques relatés dans des textes consignés sur papyrus ou gravés sur les murs des temples égyptiens.

C’est à partir d’un article paru en 1978 dans un journal égyptien que j’ai commencé à mettre en  doute la version officielle concernant la vie de Moïse  à l’époque de Ramsès II.

Ce n’est certes pas pour le plaisir de remettre en cause les conclusions de nos éminents spécialistes que je me suis penché sur le sujet, mais il se trouve que de récentes découvertes m’ont quelque peu interrogées, d’autant qu’elles touchaient un sujet que j’affectionnais tout particulièrement ; « le règne de la reine Hatshepsout ».

En 1978, un certain nombre de chars couverts de corail datant du Nouvel Empire furent retrouvés par Ron Wyatt’s et une équipe de plongeurs dans le golfe d’Aqaba laissait supposer qu’à cette époque, on pouvait passer à pied sec à cet endroit, ou qu’il s’était passé un événement inattendu ayant causé l’immersion d’un grand nombre de chars égyptiens.

Découverte des roues de char par les équipes de plongeurs de Ron Wyatt’s

Chars trouvés dans le Golfe d’Aquaba

Ces chars, immergés depuis environ 3400 ans, n'étaient plus en condition de parfaite conservation et ont exigé certaines précautions. Le corail qui les recouvrait formait une gangue estompant partiellement leur forme. Cependant, c’est ce même corail qui empêcha le bois de se déliter en formant un revêtement protecteur. De nombreuses roues ont également été retrouvées, dont certaines étaient toujours montées sur leurs axes, ainsi que quelques chars sans roues.

Le passage de la Mer Rouge décrit dans l’Ancien Testament précise : (Exode 14 : 24) que «  les chars de Pharaon furent anéantis par un raz de marée » approximativement à cet endroit. Aussi, ces découvertes sembleraient coïncider avec le récit Biblique.

Roue de char à 4 rayons découverte dans le golfe d’Aquaba

Finalement, en 1988, d’autres plongeurs ont trouvé les 4 rayons d’une roue d’un char plaqué d’or, qui semblaient en excellent état. La raison pour laquelle ceux-ci avaient été si bien préservés serait que le corail ne se fixerait pas sur l'or. Le bois se trouvant à l'intérieur de la feuille de placage d'or  aurait été détérioré, mais les rayons ont gardé leur forme.

La présence de ces roues au milieu du Golfe d’Aqaba est d'une importance extrême car elle peut déterminer la date approximative de l'Exode par la dynastie égyptienne qui y a été impliquée.

Ron Wyatt’s qui avait aussi trouvé le centre d'une roue à huit rayons, était revenu au Caire, et l’avait confié à Mohammed Hassan, le directeur des Antiquités avec lequel il avait travaillé auparavant. Après examen du dit matériel par les archéologues du Service des Antiquités Egyptiennes, il s’avéra que cette roue était incontestablement attestée du Nouvel Empire, et plus précisément de la 18ème dynastie pharaonique.

Roue de char confiée à Mohammed Hassan (Musée du Caire)

En effet, les roues à 8 rayons ont été seulement employées pendant cette courte période. Cette découverte a donc permis de cerner plus précisément l’époque de l’exode du peuple Juif. Des recherches furent alors entreprises autour de ce site, jusqu’à ce qu’enfin furent trouvés les premiers vestiges des autres chars égyptiens.

Roue à 8 rayons découverte dans le golfe d’Aquaba

En comparant les moyeux de roues à quatre, et huit rayons trouvés dans la mer, avec les représentations peintes et gravées sur les murs des temples égyptiens de la 18e dynastie, nous pouvons attester qu’il s’agit bien de chars datant de cette époque. D’autre part, nous possédons des références littéraires égyptiennes faisant état de ce mode de transport dès le règne de Kamose, le dernier roi de la 17e dynastie, qui a pris part dans la libération de l'Egypte contre les Hyksos. Les représentations illustrées n’apparaissent que quelques années plus tard, sous le règne d’Ahmose, le fondateur de la 18ème Dynastie. (Observations sur la Roue de Char se développant durant la 18ème Dynastie. par James K. Hoffmeier, JARCE #13, 1976)

C’est donc seulement au tout début de la 18ème Dynastie que les chars furent utilisés par l'armée égyptienne. La Bible mentionne qu’au temps de Joseph, ceux-ci existaient déjà, mais apparemment ils n'avaient pas été développés suffisamment pour être utilisés pour la guerre.